Offre de formation

Une offre de formation Universitaire

    • L’adossement à la recherche
    • La structuration en filières, recouvrant un large spectre disciplinaire

Une offre de formation visant la réussite des étudiants

    • La réussite des étudiants, à tous les niveaux du cursus
    • L’insertion professionnelle notamment par un partenariat fort avec le monde socio-professionnelle

Une offre de formation innovante

    • Dans la définition des interfaces disciplinaires et des contenus
    • Une politique incitative en faveur de l’innovation pédagogique

Une offre de formation attractive et de qualité

    • Une offre intégrant les indicateurs de qualité et de performance
    • Une stratégie d’internationalisation des formations

Une offre de formation économiquement soutenable

    • Le dimensionnement de l’offre de formation
    • Le cadrage amont des maquettes
    • La mutualisation des enseignements

Cahier des charges
pour la construction de l’offre de formation 2017-2021 niveaux L, M et D.

L’offre de formation de l’Université Clermont Auvergne, structurée et lisible, doit permettre à tout étudiant de trouver sur le territoire auvergnat un éventail large de formations traduisant la diversité et la complémentarité des champs disciplinaires et scientifiques et des types de formations universitaires (Licence générale et professionnelle, DUT, diplôme d’ingénieur, Master, Doctorat et diplôme d’université), et correspondant à la diversité des projets professionnels. Cette offre de formation, déployée par les UFR, Ecoles et Instituts, étroitement articulée à la politique scientifique de l’Université, doit également être attractive au niveau national et au niveau international en particulier pour les Masters et le Doctorat.

La réussite des étudiants, conçue à la fois en termes de réussite universitaire et d’insertion professionnelle, est une priorité politique : il s’agit de combiner réussite du projet d’études et réussite du projet professionnel grâce à des parcours de formation adaptés permettant une bonne insertion professionnelle, rapide et à un poste correspondant au niveau d’étude.

Le projet est donc aujourd’hui de mobiliser l’ensemble des ressources et compétences présentes en Auvergne pour construire une offre de formation, de qualité, attractive, cohérente, diversifiée et pluridisciplinaire, économiquement soutenable autour des principes suivants.

1/ Une offre de formation universitaire i.e. adossée à la recherche

L’articulation formation/recherche est une caractéristique identitaire de la formation universitaire. L’appui par la recherche est une condition nécessaire à la mise en œuvre de l’offre de formation à tous les niveaux du cursus.

Elle se traduit tout particulièrement au niveau Master :

    • par l’adossement des Masters à des laboratoires de recherche, l’adéquation de l’offre de formation aux thématiques de recherche privilégiées des laboratoires ;
    • par l’intervention des enseignants-chercheurs et chercheurs pour 50% minimum des enseignements.
    • par une formation des étudiants par et à la recherche ;
    • par des partenariats internationaux en lien avec la politique internationale de l’établissement et les partenaires des laboratoires.

La recherche irrigue également le niveau Licence et les Licences professionnelles en particulier par l’intervention dans la formation des enseignants chercheurs et chercheurs de l’université.

2/ Une offre de formation cohérente et pleinement structurée

  • Cohérence territoriale : cohérence et articulation des filières du site

L’offre de formation proposée est lisible et évite les redondances à la fois à l’intérieur de l’université et sur l’ensemble des sites de la région Auvergne mais aussi en prenant en compte, autant que faire se peut, l’offre de formation supérieure de la future région Auvergne Rhône Alpes.

L’offre de formation master se positionne également par rapport à l’offre nationale.

La grande région offre d’ores et déjà un intérêt pour pouvoir proposer à cette échelle des  formations dans des disciplines rares, voire à faible effectif et/ou créer de nouvelles formations/écoles.

L’offre de formation est pensée en mettant l’accent sur la nécessaire articulation entre :

    • les niveaux Licence, Master et Doctorat au sein de chaque collegium ;
    • entre les Licences générales et les Licences professionnelles ;
    • entre les DUT et les Licences professionnelles.

Afin de répondre à la nécessité de la spécialisation progressive en Licence, chaque mention de Licence doit s’articuler avec au moins une autre mention selon un système de majeure/mineure ou dans le cadre d’un portail. Cette articulation se traduit par une forte mutualisation d’enseignement en L1 année d’orientation, moins importante en L2 année de détermination, et une L3 année de spécialisation plus focalisée.

Les Licences professionnelles peuvent offrir des poursuites d’étude pour des BTS mais dans le souci de maintenir la diversité des publics, les étudiants de BTS ne représentent pas plus de 60 % des effectifs. Les mêmes dispositions s’appliquent aux parcours professionnels de licence générale.

A l’intérieur de chaque mention de Master, les parcours sont structurés de manière complémentaire avec un tronc commun de compétences et construits avec l’objectif de favoriser la mutualisation des enseignements entre les différents parcours de la même mention (cette mutualisation est souhaitable également entre mentions quand cela est possible) à hauteur de 50 % minimum en M1 et 20 % en M2.

  • Cohérence de l’offre de formation proposée et des compétences et ressources humaines de l’établissement

L’organisation de la formation se construit autour d’un projet de formation cohérent et global, porté par une équipe pédagogique bien identifiée.

Toute formation, Licence et Master, repose sur une analyse stratégique, une étude de l’existant, une anticipation des débouchés mais aussi sur la prise en compte des moyens humains disponibles, des compétences nécessaires et du potentiel enseignant et enseignant-chercheur.

Pour la Licence générale, les enseignants, enseignants-chercheurs et chercheurs de l’établissement doivent assurer 70% minimum des enseignements, 50 % minimum en Licence professionnelle et en Master.

3/ Une offre de formation attractive

La mise en place d’une nouvelle offre de formation est l’occasion de travailler l’interdisciplinarité à l’intérieur des collegiums et entre les collegiums, de restructurer des formations selon de nouvelles articulations, de construire des parcours en double cursus et des qualifications complémentaires en Licence.

  • L’internationalisation de la formation

L’offre de formation et tout particulièrement l’offre de formation Master est largement ouverte à l’international, au monde francophone et à l’ensemble des étudiants étrangers.

Afin de permettre l’accueil d’étudiants étrangers non francophones et de renforcer les compétences linguistiques des étudiants francophones, un certain nombre de Masters à dimension internationale offrent un enseignement en anglais. L’équipe pédagogique peut être accompagnée dans cette perspective.

Des cours de français langue étrangère sont proposés aux étudiants non francophones de ces Masters et des parcours d’intégration aux formations en langue française sont également disponibles grâce à des partenariats entre les composantes et le centre de français langue étrangère.

Les partenariats structurés avec des universités étrangères (européennes ou internationales) sont favorisés ainsi que la mise en place de double diplômes et de masters internationaux. Chaque collegium proposera ainsi au moins un master international (en anglais ou bilingue) et une summer school thématique.

Chaque formation est également pensée pour permettre une mobilité internationale des étudiants dans les meilleures conditions.

Pour toute formation la soutenance des rapports de stage, projets tutorés, mémoires, thèses pourra se faire en anglais.

  • L’articulation avec le monde socio-économique

Afin de préparer une bonne insertion professionnelle des étudiants, chaque formation de Licence professionnelle et de Master (cela peut également être le cas de certaines Licences générales) s’inscrit dans le cadre d’un partenariat fort avec les milieux économiques et professionnels.

Les partenaires sont présents dans le conseil de perfectionnement de la formation.

Les partenaires (des intervenants extérieurs professionnels en lien avec les débouchés visés et leur ancrage professionnel) interviennent a minima à hauteur de 30% des enseignements en Licence professionnelle et 20 % des enseignements en Master.

Les formations sont réfléchies en termes de métiers et construites en prenant également en compte l’approche compétences.

La mise en œuvre des périodes de stage assure une bonne articulation entre : (i) la formation et le stage, (ii) la préparation du stage, le suivi et l’évaluation du stagiaire.

La validation de périodes de travail en entreprise pour les étudiants qui travaillent ou / et l’adaptation de la période de stage pour les étudiants salariés peuvent être autorisées sous des conditions à déterminer. Les encadrements de stages doivent être précisés (cahier des charges) et intégrés dans le coût de la formation.

Pour les formations souhaitant accueillir des contrats de professionnalisation, un calendrier de type alternance est prévu dès la construction de l’offre de formation. L’objectif est de favoriser la formation en alternance (apprentissage ou contrat de professionnalisation) dans toutes les formations où cela est possible.

La formation initiale est organisée de façon à faciliter son ouverture à la formation continue dans des conditions conformes au cadre réglementaire.

  • Une priorité, l’insertion professionnelle des diplômés 

Chaque mention de Master et de Licence professionnelle permet une bonne insertion professionnelle des diplômés :

– pour les Licences professionnelles : au moins 75 % d’insertion professionnelle à moins d’un an du diplôme

– pour les Masters : au moins 75 % d’insertion professionnelle pour le taux global (au niveau du diplôme et à un niveau inférieur au diplôme) à moins d’un an du diplôme ou au moins 75 % d’insertion professionnelle au niveau du diplôme à 30 mois du diplôme ;

– pour les docteurs : au moins 90 % d’insertion professionnelle pour le taux global à un an.

4/ Une offre de formation de qualité qui intègre les innovations pédagogiques

 Chaque formation est portée par un responsable de formation qui s’engage à piloter sa construction et à assurer son évaluation et son évolution si possible pendant la durée du contrat. Tous les responsables de formation sont des enseignants-chercheurs ou enseignants de l’université.

Toute formation satisfait aux critères de la Charte de Qualité des Formations.

 Afin d’améliorer l’acquisition des connaissances et compétences, de rendre l’étudiant acteur de sa formation, une pédagogie active est proposée. Un modèle pédagogique innovant se substitue au modèle cours/TD et à la séquence traditionnelle cours en présentiel /examen terminal pour une part significative de la maquette de formation proposée (au moins 20 % du volume horaire du diplôme concerné).

Les modalités d’évaluation des étudiants sont pensées selon ces nouveaux modes d’apprentissage.

Le modèle choisi s’appuie sur les usages pédagogiques du numérique. Chaque formation utilise la plateforme de cours. Les dispositifs de classe inversée, la mise en place de travail collaboratif pour faciliter la co-construction des savoirs sont par exemple utilisés.

Les étudiants sont formés au numérique et par le numérique. Un enseignement dédié à la formation aux outils et enjeux du numérique est mis en place dès le début de la première année d’université. Son contenu correspond au référentiel de compétences décrit dans le C2i niveau 1. Le passage de ce certificat sera proposé à tous les étudiants.

Une politique de l’enseignement en langue pour non spécialiste est définie au niveau de l’établissement.

Le nombre de crédits par UE est défini sur la base de la charge totale de travail requise de la part de l’étudiant : cette charge de travail inclut les heures d’enseignement en présentiel, à distance et le travail en autonomie.

Chaque formation est composée d’UE. Les UE correspondent à des multiples de 3 crédits.

    • 15 crédits sur 180 sont réservés pour la langue étrangère
    • Pour les enseignements transversaux, outils informatiques, méthodologie du travail universitaire, recherche documentaire et insertion professionnelle, projet professionnel : 3 crédits sont réservés en L1 et 3 crédits en L2 tout en gardant une certaine souplesse dans la mise en œuvre.
    • Une UE libre est proposée sur l’une des 3 années de licence.

Pour le Master, 3 crédits en M1 et 3 crédits en M2 sont réservés pour l’évaluation des compétences en langue étrangère.

 

5/ Une offre de formation soutenable

La soutenabilité économique de l’offre de formation est une condition nécessaire à sa pérennité. Elle implique une régulation du nombre heures d’enseignement étudiant avec des volumes horaires maximum fixés à :

    • 500 h en Licence professionnelle
    • 1500 h en Licence générale (1700 h si la formation comporte au minimum 250 h de TP)
    • 800 h en Master

La répartition entre CM et TD relève naturellement de critères pédagogiques et non économiques ; le nombre d’étudiants est de 40 par groupe de TD et de 20 par groupe de TP.

Les mentions de Master comportant un seul parcours mutualisent au moins 20 % des enseignements du Master avec les enseignements d’autres mentions de Master.

L’offre de formation est aussi conçue en tenant compte de la demande des usagers, des flux étudiants ce qui revient à tenir compte d’effectifs plancher fixés à :

    • 25 étudiants par mention de L3 pour les Licences générales
    • 18 étudiants par parcours de Licence professionnelle
    • pour les Masters, en M2, les effectifs sont au moins de 20 étudiants par parcours (ou par mention si la mention ne comporte qu’un seul parcours). Un seuil d’ouverture à 12 étudiants peut être temporairement admis si l’ensemble des conditions suivantes sont réalisées :
          – une mutualisation renforcée des enseignements avec d’autres parcours ou mentions : 60 % en M1 et 35 % en M2 entre parcours, 30 % des enseignements avec d’autres mentions si la mention ne comporte qu’un seul parcours
          – un plafond de 800 h équivalent TD à ne pas dépasser pour faire fonctionner le Master
          – l’absence d’options (sauf s’il s’agit d’enseignements déjà existants dans d’autres Masters)
          – la prise en compte du rapport avec le potentiel d’enseignement

La construction de double-diplômes, double cursus, de formations hybrides et/ou à distance est demandée pour chaque master dont les effectifs sont compris entre 12 et 20.