Structuration disciplinaire de l’université : les collegiums

La structuration disciplinaire de l’université unique doit permettre :

  • une bonne visibilité des disciplines et des formations présentes sur le site, ainsi que des grandes lignes de force pluridisciplinaire ;
  • l’optimisation des interfaces disciplinaires qui suppose des ensembles disciplinaires forts et cohérents ;
  • un fonctionnement efficace dans la mise en œuvre des actions de formation et de recherche ;
  • un pilotage harmonieux, articulant formation et recherche aussi bien au niveau des ensembles disciplinaires qu’à l’échelle de l’établissement.

Afin de remplir ces quatre objectifs, la structuration de l’université unique se fera à trois niveaux :

      1. Les unités disciplinaires, scientifiques et pédagogiques (UFR, écoles, instituts, laboratoires) qui assurent le pilotage et la gestion de l’offre de formation et des programmes de recherche dont ils ont la responsabilité, avec un budget et un personnel affectés.
      2. Les collegiums, qui regroupent ces unités par grands domaines scientifiques et qui ont pour mission de piloter les actions pluridisciplinaires et transverses au sein du périmètre de chaque ensemble disciplinaire (offre de formation transversale, programmes scientifiques communs…) et, en amont du Conseil académique de l’établissement, de contribuer à la définition de la stratégie de formation et de recherche.
      3. Les instances de l’établissement (conseil d’administration, conseil académique, équipe présidentielle) qui définissent la stratégie générale de l’université et veillent à sa bonne mise en œuvre.

LE PÉRIMÈTRE DES COLLEGIUMS

La taille des collegiums doit répondre à un double objectif de pertinence pédagogique et scientifique et de fonctionnalité opératoire. Un collegium doit recouvrir un spectre disciplinaire suffisamment large et identifié, mais ne doit pas pour autant regrouper un nombre excessif de composantes et de laboratoires, au risque d’être illisible.
Le nombre de 5 collegiums est apparu comme le plus pertinent, par rapport à la taille du site, aux grands groupes disciplinaires qui y sont représentés, aux typologies usuelles nationale et internationale des ensembles disciplinaires.

Les regroupements proposés répondent à quatre objectifs principaux :

      1. La visibilité. Les collegiums fournissent une première carte d’identité du site. Leur intitulé fait ainsi apparaître les grands domaines disciplinaires et les lignes de force scientifiques du site.
      2. L’équilibre. Chaque collegium représente une puissance scientifique et une offre pédagogique équilibrée tenant compte des poids relatifs nationaux des disciplines concernées.
      3. La cohérence. Les ensembles constitués correspondent aux articulations existant déjà entre formation et recherche. Le périmètre des Ecoles doctorales, qui sont par essence une structure fédérative regroupant des laboratoires et des équipes pédagogiques est étroitement lié à celui des collegiums.
      4. L’ouverture. Le périmètre de chaque collegium est conçu pour favoriser des collaborations en son sein, mais aussi pour permettre plus facilement l’interface entre collegiums et avec les partenaires de l’université unique (écoles associées, organismes de recherche…). Le collegium n’est pas une structure fermée : toute entité d’un collegium peut conduire des projets interdisciplinaires avec une entité relevant d’un autre collegium.

LES MISSIONS DES COLLEGIUMS

Les collegiums constituent un échelon nouveau, qui ne vise pas à se substituer aux laboratoires et aux composantes, lesquels représentent le niveau d’organisation institutionnel, politique, scientifique et pédagogique de base et conservent leurs attributions et leurs moyens, dans le cadre du dialogue annuel de gestion. Les collegiums sont des instances de concertation, de coordination voire de mutualisation. Ils ne supposent pas de structure administrative. Ils permettront de fluidifier les circuits d’information, d’expertise et de décision.
Les collegiums ont pour principales missions :

      1. De contribuer, en amont des instances de l’établissement, à la définition de la stratégie de l’établissement, en matière de formation (avec une vision intégrée, du niveau L1 jusqu’à la sortie en doctorat) et de recherche. Ils joueront un rôle important dans l’élaboration, le suivi et l’évaluation du projet d’établissement.
      2. De favoriser les passerelles entre formations, les mutualisations d’enseignements entre composantes et les projets pluridisciplinaires, aussi bien dans le domaine de la formation que de la recherche.
      3. D’assurer une première expertise des dossiers pédagogiques et scientifiques transmis au Conseil académique de l’université.

Les collegiums constitueront par ailleurs un niveau pertinent d’organisation de services mutualisés et de gestion administrative de plateformes communes.


LA GOUVERNANCE DE L’UNIVERSITÉ ET LES COLLEGIUMS

Les modalités de fonctionnement et de gouvernance des collegiums seront définies plus précisément dans les statuts de l’université. On peut d’ores et déjà préciser que :

      1. Les missions des collegiums seront assumées collectivement par un comité de pilotage, composé des responsables des UFR, écoles, instituts, laboratoires qui le composent. Ce conseil est animé par un coordonnateur, qui assure l’interface avec la gouvernance de l’université.
      2. Les composantes et laboratoires dont le champ scientifique et disciplinaire se situe sur plusieurs collegiums peuvent être rattachés à titre principal à un collegium et, à titre secondaire, à un autre collegium.