La politique budgétaire et financière

La politique budgétaire et financière de la nouvelle université devra garantir la stabilité et la pérennité de ses missions fondamentales de service public, et permettre le développement des dites missions dans un environnement sécurisé au plan financier. Elle devra se construire afin de rendre possible la mise en oeuvre des opérations financières découlant des décisions politiques et des grandes orientations stratégiques de l’établissement. Elle apportera une aide à la prise de décisions et à l’optimisation d’une répartition juste et équitable des moyens et devra offrir une
qualité de service reconnue par tous. Cette ambition pourra se décliner à travers la poursuite de six objectifs complémentaires.

  • Donner au budget toute sa dimension politique : A cet effet, la mise en place d’un budget global, est un pré-requis pour qu’il soit effectivement l’instrument stratégique d’exécution des priorités de l’établissement dans le domaine de la formation, de la recherche et de la vie universitaire. Mais le budget global ne saurait permettre d’assurer seul la sécurité financière du nouvel établissement. Aussi, le développement de la prospective pluriannuelle et la qualité de l’information financière devront tout particulièrement être conduits aux côtés de la mesure des impacts financiers des stratégies de l’établissement et la maîtrise des risques via le pilotage infra-annuel des budgets. Il convient aussi de profiter de l’opportunité de la fusion pour améliorer de manière significative les capacités de gestion de l’établissement seul gage de son autonomie réelle.
  • Se doter d’une capacité à se projeter et à évaluer les impacts pluriannuels des choix. La construction budgétaire se fonde sur une analyse des engagements pris et une projection des engagements proposés sur une échelle pluriannuelle. Cette analyse croise des données budgétaires (les engagements que l’établissement entend prendre éventuellement de façon pluriannuelle) pour assurer la réalisation de son plan d’actions (contrat d’établissement). La notion d’autorisation d’engagement permettra de chiffrer le montant de ses engagements prévisionnels.
  • Garantir les intérêts des partenaires et la pérennité des activités. De façon complémentaire, cet enrichissement d’information doit permettre de conforter la pérennité des choix effectués et de veiller à ce que la santé financière de l’établissement reste sous contrôle et que les choix effectués soient intégrés et financés par l’établissement.
  • Disposer d’informations enrichies en temps et heures afin d’aider à la décision. Il est essentiel de s’appuyer sur la situation financière et patrimoniale de l’établissement au travers de l’arrêté des comptes qui permettra aux administrateurs de disposer d’informations actualisées très en amont.
  • Parallèlement, doivent être mis en place un service de contrôle de gestion, articulé autour d’un SI permettant ce type de contrôle et une comptabilité analytique destinée à connaître les coûts de fonctionnement interne, ainsi que des instruments d’audit interne permettant d’assurer le suivi des actions et missions.
  • Enfin une attention toute particulière devra être portée à la fonction financière au travers de l’évolution du partage des responsabilités sur la chaîne des activités financières.