La politique documentaire

La documentation est indispensable au fonctionnement de l’université, tant sur le volet enseignement que sur le volet recherche. Il s’agit de mettre en place une politique capable de faire face à l’évolution rapide de la nature de cette documentation et des usages qui en sont faits, ce qui suppose de nouveaux services, de nouveaux équipements et une intégration renforcée avec les politiques universitaires liées à la pédagogie et à la recherche.

Cette politique se décline suivant trois axes : l’accès aux collections, la redéfinition du lieu bibliothèque, le soutien à la recherche.

L’accès aux collections
Il s’agit d’améliorer l’accès aux collections dans un contexte contraint par l’augmentation continue du coût des abonnements électroniques. Les leviers possibles pour atteindre cet objectif sont :

  • la rationalisation des collections et l’optimisation de leur signalisation (valorisation des collections de la BCU, modernisation du catalogue, plan de conservation partagée, développement du PEB…) ;
  • la rationalisation des implantations de la BCU en regroupant certaines petites bibliothèques de manière à offrir des horaires d’ouverture plus larges et de faciliter l’accès à des fonds documentaires encore mal identifiés ou catalogués ;
  • le développement de l’offre numérique accessible par nature en tout point de l’université mais qui nécessite une infrastructure réseau étendue, la possibilité pour les usagers d’utiliser leurs propres équipements informatiques sur la totalité des campus ou la mise à disposition par la bibliothèque de moyens d’accéder à l’offre en libre accès ;
  • un rééquilibrage des politiques d’acquisition visant à éviter des disparités entre les différents secteurs disciplinaires mais aussi entre la part de la documentation recherche et celle de la documentation enseignement ;
  • le développement de la formation à la recherche documentaire (bases de données, catalogues de ressources…) pour tous les publics ;
  • le renforcement des dispositifs facilitant la recherche documentaire et l’accès aux ressources pour les publics en situation de handicap.

 

Les lieux « bibliothèques »

Le caractère numérique de la ressource documentaire se généralisant, au moins pour certains secteurs disciplinaires, son accès se fera de plus en plus à distance. Le lieu « bibliothèque » doit donc s’adapter en devenant un lieu de valorisation de la documentation papier mais aussi électronique, un lieu de conseil et de formation pour l’étudiant ou l’enseignant-chercheur, un lieu de vie proposant des espaces de travail diversifiés (individuels, de groupe) pour les étudiants, les enseignants et chercheurs mais aussi des espaces de convivialité et de rencontre. Le lieu « bibliothèque » a par ailleurs un rôle important à jouer pour la diffusion de la culture et de la culture scientifique sur l’ensemble du territoire auvergnat où il valorise la présence et les missions de l’université.

Cette redéfinition des lieux a déjà été engagée et doit se poursuivre par la modernisation/rénovation de l’ensemble des équipements, à Clermont-Ferrand et en région en veillant à offrir la même qualité d’accueil et de services à l’ensemble des usagers.

La redéfinition des lieux doit faciliter les interactions entre la pédagogie et la documentation et la mise en place de démarches de formation innovantes. Cet objectif sera facilité par la création, dans le cadre du contrat de plan Etat Région, du Learning center où des équipes de la bibliothèque et la tête du réseau dédié aux usages numériques pour l’enseignement partageront les mêmes locaux.

La Recherche

L’enjeu est ici de continuer à offrir aux chercheurs un accès à la documentation de façon optimale, que ce soit par l’accès à des fonds existants ou l’accès aux documents électroniques et ce malgré le coût sans cesse croissant des collections.

La politique documentaire a aussi pour objectif de participer au rayonnement de la recherche. Il faudra accompagner les chercheurs dans les évolutions vers l’Open Access et poursuivre le développement des archives ouvertes (HAL).

Les outils de productions sont au service de la recherche : la « bibliothèque numérique » doit renforcer ses activités de production (numérisation, conservation des ressources numérisées…) ; un pôle éditorial doit permettre aux enseignants-chercheurs de tous les secteurs disciplinaires de bénéficier du conseil et de l’accompagnement les plus appropriés à la nature de leurs projets (publication papier et/ou numérique d’ouvrages, d’actes de colloques, de revues…).